jeudi 12 mai 2011

divers

J'ai fini "Enslaved" récemment, et c'était juste trop bien ( en même temps un new york post apocalyptique aussi coloré, et fourmillant d'autant de détails, c'est sûr que ça allait me parler ). bref, du coup:

Et puis deux trois gribouilles, juste comme ça :


( et puis très bientôt les dates de dédicaces )

5 commentaires:

  1. Salut!! j'ai vu sur le facebook du label 619 que tu allait sortir un album "la belle mort", les premieres pages que j'en ai vu ainsi que le synopsis donnent tres envie!je suis préssé qu'il sorte^^(et espere par la meme occasion que des dedicaces seront prevues afin de pouvoir discuter de l'album)

    (Deerstroap)

    RépondreSupprimer
  2. Salut à toi! oui oui des dédicaces, il y en aura! Tout ce que je sais pour l'instant, c'est que ce sera en juin, à Annecy, Lyon, Paris, Vannes et Bruxelles. Je devrais avoir plus de détails d'ici peu.

    A bientôt donc!

    RépondreSupprimer
  3. Cela faisait de mois que cela ne m'étais pas arrivé.
    Je passe à la librairie en trainant les godasses dans l'espoir presque toujours déçu de trouver un truc que j'aurais plaisir à découvrir, à acheter, comme ça, sans hésitation. Un truc qui vaudrait la papier sur lequel on l'imprime.

    Et puis je suis tombé sur "La belle Mort" et sa couverture et d'abord je me suis dit "Ils sont vraiment intéressant chez Label 619, voyons si l'intérieur est à la hauteur de la couv." Et puis j'ai ouvert l'album et je me suis pris la double page de garde dans la tronche et bizarrement, j'ai encore pensé à la maquette avant l'auteur parce que ça participe de la qualité du bouquin en général. Mais en même temps, le dessin est hypnotique et ne triche pas, du très beau boulot. Du coup, j'ai feuilleté les première pages et tout de suite, j'ai su que j'étais tombé sur un truc rare. Bon sang, il va y a voir des perspectives pareilles à chaque page, l'immersion va être tenue comme ça sur tout le bouquin, mais comment est-ce qu'on peut tenir un défi pareil sur autant de pages ?

    Je me suis laissé allé à feuilleter un peu l'ensemble, un mélange de besoin de se rassurer, oui, il y a encore plein de pages bien, et un truc de rejet pour ne pas trop en découvrir quand même et préserver le plaisir de la lecture.

    Je suis arrivé à la caisse avec un grand sourire. Le libraire, que je connais, me demande "Quoi ?" parce que souris.
    - rien, c'est juste que ça fait longtemps que je ne me suis pas pris une telle baffe graphique, ça fait du bien !
    Il l'avait pas encore lu alors on n'a pas continué la discussion là dessus.

    Et puis je l'ai dévoré, et puis je me suis dit je vais regarder qui est Mathieu Bablet sur Google, et puis je suis arrivé là.

    C'est un peu long comme commentaire, mais en même temps, les compliments, c'est dommage que ça se perde. Je sais pas trop si je dois te vouvoyer ou vous tutoyer.
    Allez, j'opte pour le Tu parce que ta BD est urbaine jeune et délabrée.

    Je ne sais pas si tu a vécu en Asie par exemple, mais ça m'a beaucoup rappelé Hong-Kong, ce délire ininterrompu de buildings, de crasse, cette saturation visuelle permanente. Ces éclairages dessinés pas les ombres, cette répétition architecturale des fenêtres.
    C'est très impressionnant, cette maîtrise de la perspective, sans effort apparent, vivante, associée à cette qualité de mise en couleur, texturée et profonde, qui rend si réalistes les ambiances des lieux, la chaleur, la moiteur, l'épaisseur de l'air.
    C'est impressionnant aussi, cette permanence inventive et cette diversité des décors le long de l'histoire, cet effort soutenu pour amuser l'oeil, le distraire, l'intéresser, le surprendre, l'emmener plus loin. La richesse de tout ça. Une sorte de dictionnaire moderne, documentaire, de la mégapole, ce lieu inhumain, tout en lignes droites, habité par la vie, en désordre absolu, et la paradoxe en 3 dimensions fascinant qui s'invente là.

    Je ne parle pas trop des personnages et de l'histoire, mais je crois que ma lecture (personnelle) de ton ouvrage, c'est que c'est la ville, l'histoire, et que l'intrigue et les personnages sont le décor. Un peu comme dans le bouquin de MaCarthy, La Route, avec lequel ton univers a des résonance, et la même qualité d'univers solide, homogène, palpable et total.
    Mais bon, c'est peut-être pas ça que tu voudrais entendre.
    Alors j'arrête.

    Juste un dernier mot, pour t'aider à justifier tes " c'est dur quand même, plus jamais ça, etc."

    Merci.

    RépondreSupprimer
  4. ... woa... c'est très sincèrement le commentaire le plus sympa et pertinent que j'ai pu lire sur mon travail.

    Tu cites l'Asie, et en effet c'est avec mes différents voyages là-bas que j'ai pu concevoir une citée tel qu'on le voie dans la bd, loin de l'image occidentale que l'on en a,où les bâtiments sont comme des arbres, ils "poussent" de manière désordonnée et chaotique. Du coup oui, la ville est un personnage à part entière, et je suis heureux que ça se voit, parce que ce n'était pas de dessiner une foule de détails qui m'intéressait, mais bien que ces détails soient vivants et montrent que cette ville avait vécu et que chaque immeuble, quartier avait potentiellement une histoire.

    le fait donc que ce livre t'ai touché me va droit au coeur, je pense qu'au delà de l'histoire, des dessins, c'est surtout l'émotion que l'on arrive ou non à partager qui est vraiment importante.
    Du coup c'est moi qui te dis merci, c'est grâce à ce genre de commentaire que l'on a envie de continuer, s'améliorer et tout donner pour la prochaine bd!

    Merci à toi, et j'espère que l'on pourra se rencontrer au détour d'une dédicace!

    RépondreSupprimer
  5. Content que le commentaire t'ai plu, c'était fait pour!

    Je ne devrais pas être le seul à penser que tu as du talent, voici ce que dit le site bdnet.com (librairie parisienne + vente en ligne) :

    "La Belle Mort est un survival horrifique et poétique, une BD belle à en crever signée Mathieu bablet, jeune prodige et nouvelle recrue du Label 619"

    Bon, d'accord, les libraires sont souvent enthousiastes (il faut bien vendre), mais quand même, c'est élogieux.

    J'ai vu que tu avais mis à jour l'adresse de la dédicace parisienne, j'espère passer, ce serait sympa de te rencontrer.

    RépondreSupprimer